À partir de 1624, le cardinal de Richelieu, au conseil du roi Louis XIII, conduit la France à entretenir la guerre de Trente Ans, qui va ravager l’Allemagne jusqu’en 1648 et la tenir éloignée de toute prétention à l’unité pendant deux siècles. L’intérêt de la France commande de garder l’Allemagne divisée — François Mitterrand s’en souviendra en 1989… Mieux encore, le prince de l’Église construit une alliance de revers avec les Turcs contre l’empire chrétien des Habsbourg. Entre la religion et l’intérêt national de la France, il n’a pas hésité.

En 1939, tout oppose Joseph Staline et Adolf Hitler. Le nazisme est arrivé au pouvoir sur fond d’anticommunisme violent. Et une communauté de valeurs devrait unir la jeune URSS et les majorités socialistes d’Europe de l’Ouest, notamment la chambre issue du Front populaire en France, nombre de militants antifascistes ayant côtoyé les partisans communistes sur le front de la guerre d’Espagne. Mais l’intérêt national appelle au partage de la Pologne, à l’invasion de la Finlande, et le pacte du 23 août 1939 entre la Russie soviétique et l’Allemagne nazie concrétise la primauté de l’intérêt national sur les idéologies revendiquées.

Dans les années 2000, le rideau de fer est loin, et ce n’est plus l’idéologie qui sépare la Russie de l’Union européenne. La vision eurasiste d’Alexandre Douguine est marginale dans une Russie dont la classe dirigeante reste avide d’Europe, de ses produits, de ses services, de son mode de vie. Et les relations nouées entre le Vatican et le patriarcat de Moscou sont bien proches d’aboutir à un rapprochement qui mettrait fin à la rupture millénaire entre Chrétienté d’Occident et Chrétienté d’Orient, Rome et Constantinople. Mais les ennemis de l’Europe veillent, manipulent, désinforment.

L’histoire dira peut être quelles inconsistances et quelles manoeuvres ont conduit l’Union européenne à refuser la main tendue de Vladimir Poutine, le Vatican à annuler la rencontre entre le pape et le patriarche, et la Russie à se tourner vers la Chine. L’intérêt britannique, l’intérêt américain ont toujours été de diviser le continent eurasiatique. Ils l’ont emporté. L’intérêt national de la France, l’intérêt collectif de l’Europe, ont-il été bien servis par des dirigeants sourds aux avertissements de Vladimir Poutine ? Ou trahis par des collaborateurs de l’occupant américain ?

Nous vivons l’un de ces moments où l’histoire bascule. L’intérêt national, ou l’opinion qu’en ont les dirigeants est l’argument décisif de la décision, qu’elle engage un traité, une alliance, ou la guerre. Et il doit être le seul. Après six mois de guerre en Ukraine, après les emballements et les réticences maintes fois confrontés, après aussi que le brouillard de la guerre s’appesantit sur des scènes de cauchemar, il est temps de se poser la question ; que commande l’intérêt national de la France ? Où est l’intérêt collectif de l’Union européenne s’il en reste ?

Pour arrêter la position de la France, pour construire une posture européenne, il faut regarder sans ciller les trois réalités de la guerre.

Ce n’est une guerre hors limites, dans laquelle les péripéties sur le front ne sont qu’un des éléments, ni le plus décisif, ni le plus stratégique de tous. Au-delà de la guerre engagée par l’OTAN contre la Russie, c’est une guerre de systèmes. Or, monnaies, pétrole et gaz, terres, céréales et eau, voilà le front. Il est de plus en plus clair que les opérations décisives se passent sur le front des règlements internationaux, des réserves des banques centrales, de la place de l’or, et des conditions d’achat et de commerce des matières premières. Après le vol de la moitié des avoirs de la Banque centrale de Russie par le gouvernement démocrate américain, tout gouvernement s’interroge ; si mes intérêts sont en désaccord avec ceux de la ploutocratie financière américaine, vais-je perdre les réserves de ma banque centrale ? Et le véritable front est celui de la tutelle anglo-américaine sur le monde, tel que le dollar l’assure, au bénéfice des Américains et de leurs alliés ; le dollar va-t-il conserver dans les années qui viennent son injustifiable suprématie sur les échanges internationaux ?

C’est une guerre totale, en ce qu’elle met en jeu, non pas deux civilisations entre elles, et parmi d’autres, mais la civilisation contre son envers, qui est l’uniformité. Le système national affronte le système global. Le conflit qui s’est engagé a pour enjeu un Nouveau Monde, dans lequel les Anglo-américains et la caste financière qu’ils ont placée au pouvoir ne joueront plus que le rôle que leur nombre, leurs mérites et leur territoire leur donneront. Il confronte les civilisations, qu’elles soient russes, chinoises, indiennes, iraniennes, mongoles ou maliennes, à leur inverse, qui est la destruction du monde comme monde par le totalitarisme numérique, juridique et marchand.

C’est une guerre mondiale, au sens où elle engage bien plus que les belligérants avoués. Nos catégories politiques en sont ébranlées, comme nos certitudes d’abondance. Il suffit de voir le grand trouble suscité aux États-Unis par l’appel du Président Xi Jin Ping à la mobilisation de tous les Chinois résidents hors de Chine, pour défendre leur patrie ! Dur réveil pour le wokisme ahuri ; les origines comptent ! Un contrat ne fait pas une Nation ! Et il faut voir l’empressement des dirigeants français d’un côté, Allemands de l’autre, à s’assurer auprès des gouvernements algériens et turcs de la passivité de leurs ressortissants, en des périodes que beaucoup prévoient agitées…

Le confort mental de ceux qui se croyaient l’avant-garde du monde et avaient substitué la colonisation insidieuse de la finance, de la propriété intellectuelle et du crédit à celle des missionnaires et des soldats, est ébranlé par le soutien ouvert ou tacite à la Russie de la majorité des Nations, et par l’opposition audible et croissante à tout ce qui peut venir de l’Occident — le décloisonnement de l’Iran en témoigne, comme cette carte diffusée par le PCC qui montre la réalité du monde allié des États-Unis — si peu de choses ! En Afrique comme en Amérique du Sud, en Asie comme dans le Pacifique, l’Occident se rétrécit comme un mirage — ou un mensonge…     

Que reste-t-il de ce beau mensonge ? Les valeurs ? Comme le rappelait Thierry Mariani, que partageons-nous avec l’Ukraine, l’un des pays les plus corrompus du monde, qui emprisonne ses opposants, limoge ses juges sur injonction américaine et assassine ses critiques ? La paix ? Directement ou indirectement, les États-Unis sont les plus grands fauteurs de guerre des deux siècles passés. Ils n’ont jamais hésité à avoir recours aux armes, fabriquant à dessein les preuves, falsifiant l’histoire et défiant les faits.

Ils l’ont fait en Svrie comme en Irak, en Libye comme en Serbie, avec une totale insouciance sur les conséquences de leurs agressions et l’impunité assurée à leurs dirigeants criminels. Le progrès ? La société américaine est l’une des plus dysfonctionnelles qui soit, depuis que les démocrates ont trahi le peuple au nom de la globalisation, comme les socialistes français l’ont fait au nom de l’ouverture des frontières.

Un modèle de progrès ? L’Europe comme les États-Unis sont confrontés à un procès de sous-développement qui ne peut plus être caché ; les urgences médicales sont mieux assurées désormais en Inde ou dans certains pays africains qu’elles ne le sont en France !

Les libertés ? L’épisode du Covid, comme celui des Gilets Jaunes ou de la dette grecque, comme les cas de censure privée par les réseaux ont révélé le peu de cas que les intérêts financiers font des libertés publiques et de la démocratie quand les rendements sont en jeu. Les élections elles-mêmes s’achètent, comme chaque chose au pays merveilleux du marché.

Quant au totalitarisme de nos ennemis inventés ? À des régimes autoritaires, voire totalitaires, implantés dans un pays, en concurrence ou en confrontation avec d’autres régimes autoritaires, voire totalitaires, pour des territoires, des populations, des ressources, limitées dans l’espace et dans leurs emprises, s’oppose un totalitarisme sans territoire, sans limites et sans frontières. Jamais la Chine n’a prétendu régir le monde comme entendent le faire les zélateurs du Great Reset de Davos. Jamais la Russie n’a prétendu reprendre à l’Union soviétique sa vocation à sauver le monde. Et jamais les nouveaux géants que sont l’Inde, l’Indonésie, l’Iran ou le Nigeria ne prétendent apporter au monde leur loi — trop occupés à faire leur loi chez eux, et à demeurer ce qu’ils sont !   

Le constat paraît établi. Pour le monde, ou ce qui en demeure comme diversité, séparation et liberté, le monde serait meilleur sans les États-Unis d’Amérique du Nord. À force de se croire la Nation indispensable, de se mêler de tout et à tout propos, les États-Unis sont devenus la Nation dont le monde se dispenserait bien volontiers. Et l’hystérie sécuritaire qui est en train de s’emparer d’États-Unis qui vont chercher dans la guerre le moyen de nier leur naufrage intérieur, provoquant une guerre avec la Russie acculée dans ses retranchements vitaux, confirme une analyse largement partagée ; les prétentions à la Justice, à la liberté et au Bien des Anglo-américains ne reposent que sur la plus grande violence, l’usage illimité de la force, et la détermination à l’emporter, quel qu’en soit le prix — surtout si les autres le paient.

Voilà où se pose la question à la France et l’Europe. Voilà sans doute ce qui explique le revirement spectaculaire d’Emmanuel Macron, et l’alignement assumé de la France sur l’OTAN. Ni la justice, ni la démocratie, ni la force, ni de quelconques valeurs n’établissent l’intérêt national de la France, celui de l’Union européenne face à la guerre que les États-Unis ont si bien prévue puisqu’ils l’ont provoquée. En revanche, la réalité des intérêts économiques, la défense du mode de vie, et la protection des avoirs et des patrimoines font la décision.

Et pour ceux qui les font passer avant l’indépendance nationale et le sentiment national — de quoi s’agit-il ? — ils lient plus étroitement la France et l’Europe aux États-Unis que tout autre argument. Trop peu de Français le mesurent, aveuglés par l’individualisme ambiant. La Présidence française en a une juste opinion, certains l’ont sans doute aidé à la concevoir. Du quart au tiers environ du niveau de vie français est lié au privilège de l’Ouest — au privilège du dollar américain. Voilà ce qui est en jeu derrière le maintien de l’alliance à l’Ouest. Ce qui reste de la classe moyenne ne mesure pas à quel point elle doit son confort à l’appartenance de la France au monde de l’Ouest — quel qu’en soit par ailleurs le prix.

Confrontées au choix ; travailler avec le monde, ou travailler avec les États-Unis, à peu près toutes les entreprises confrontées aux sanctions américaines ont choisi, et elles ont choisi les États-Unis. Et d’aucuns qui proclamaient l’indépendance de l’Europe et sa souveraineté finissent du côté des think tanks américains ou, pire, des banques d’affaires — ont — ils le choix ?

La réalité est que la France et l’Union européenne n’ont pas le choix — n’ont plus le choix. Ni de leurs alliances ni de leur système. Pour la France comme pour l’Union européenne, il est un monde pire que celui où les États-Unis décident de la paix et de la guerre, c’est celui où ils n’interviendraient plus. Il est un monde pire que celui où un dirigeant de Goldman Sachs affirme faire le travail de Dieu, c’est un monde où les acteurs privés ne peuvent plus commercer, échanger, arbitrer les taux, les monnaies et les prix librement. Et il est un monde plus dangereux que celui où les États-Unis et leurs alliés emploient des prétextes qui sont la Justice, la liberté et la démocratie pour justifier leurs interventions, c’est celui où des interventions s’engagent sans même les prétextes de la Justice, de la liberté et de la démocratie.

Le piège s’est déjà refermé sur la France et sur l’Union européenne. Trop tard pour le Président Emmanuel Macron, critique sévère de l’unilatéralisme américain et analyste lucide du déclin de l’Occident qui prônait le dialogue avec la Russie encore en 2021. Son intérêt national à court terme ne laisse pas le choix à la France. En dépit des liens historiques avec la Russie, les occasions ratées ne se retrouvent pas. En dépit de l’insupportable arrogance américaine, le renversement des alliances n’est pas à notre portée. En dépit des multiples atteintes américaines à l’indépendance de la France, à l’autonomie de l’Union européenne, aux frontières de l’Europe et à la volonté des Nations, la France et l’Union européenne sont engagées dans la guerre américaine. Il est trop tard pour changer de camp. Qui peut raisonnablement aujourd’hui parmi les Nations européennes penser à un renversement d’alliance ? Qui en aurait la lucidité, le courage, ou la folie ?

Devant la guerre, que chacun se répète la devise britannique ; « Wright or wrong, my country ». Il est désolant, ou consolant que nous en soyons toujours là.

Hervé Juvin

Catégories : Géopolitique

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *