Un vent mauvais souffle sur la France. Jamais la parole publique n’a été aussi discréditée. Rarement les Français ont été aussi divisés. Au-delà de la polémique pour ou contre le pass sanitaire, les questions de libertés publiques qu’il suscite et la corruption massive qu’il suggère ; la question posée est celle que j’avais initiée dans : « L’Avènement du Corps » (Gallimard, 2006) : que se passe-t-il dans une société qui fait de la longue vie, sans accident, sans maladie et sans souffrance, son objectif majeur ? Que se passe-t-il dans une société qui a pour modèle de vie d’en profiter à fond, le plus longtemps possible, avant le déluge ?

L’évolution de la médecine et du corps : une révolution

Au-delà des polémiques actuelles, l’évolution de la médecine vaut attention. Car elle fournit une réponse, la seule ; la société de la longue vie est prête à abdiquer toutes ses libertés pour un souffle de plus. A payer sans limites. Et les industriels de la santé, de la pharmacie et du numérique l’ont bien compris. Car c’est une révolution analogue à celle qui a vu la chasse aux sorcières et la destruction de l’héritage paîen-magique qui a lieu, sous l’égide de la santé numérique, du « Big Pharma », et de la privatisation de la santé. Les bûchers s’allument tous les jours pour les sorcières qui s’obstinent à proposer autre chose que la vaccination ; faut-il se réjouir que ces bûchers ne soient encore que médiatiques, ou s’inquiéter d’un climat de persécution et de délation qui rappelle les sombres temps de l’Inquisition, ou des régimes totalitaires, ceux des vérités révélées, de la censure des idées et des procès d’opinion ?

La dérive française vaut intérêt. Car elle nous concerne tous. Avez-vous vu combien d’homéopathes ferment les portes de leur cabinet sans être remplacés ? Le déremboursement a frappé fort, les interdictions professionnelles menacent. Hors de l’industrie pharmaceutique, pas de salut. Les pratiques millénaires, de l’acupuncture aux massages, n’ont qu’à bien se tenir. Que va devenir le laboratoire Boiron, français, et leader mondial de l’homéopathie ?

Savez-vous que les pharmaciens ont perdu la liberté de préparer ces concoctions d’herbes médicinales qui ont fait la santé florissante de tant de famille, sans rien payer à la mafia des «  big pharma » mondiaux ? Et savez-vous que la liberté de prescrire et de conseiller qui a fait la grandeur et la richesse du métier de médecin vient de subir les plus rigoureuses restrictions, depuis qu’un Conseil soumis au gouvernement, c’est-à-dire aux intérêts privés qui le gouvernent, a la capacité de supprimer l’autorisation d’exercer de tout médecin qui n’appliquerait pas la politique de santé du gouvernement — c’est-à-dire des intérêts privés de l’industrie de la santé ?

J’entendais la semaine dernière cet officier avouer que le médecin de famille leur avait recommandé d’attendre avant de se faire vacciner, puis conseillé divers produits pour renforcer leur immunité naturelle. Il fait perdre des revenus à Pfizer, Sanofi, Astra-Zeneca, etc. doit-il être interdit d’exercer la médecine ? Cette pharmacienne voisine m’a en douce conseillé d’acheter une potion à base de produits naturels, substitut efficace aux antibiotiques des laboratoires. Doit-elle être interdite d’exercice pour ôter des dividendes aux amis de M. Macron, et aux experts en délocalisations, captation de fonds publics et évasion fiscale, comme Moderna ou Pfizer qui ont imposé des contrats léonins à la Commission européenne — tous les bénéfices pour nous, tous les risques pour le patient et le contribuable !

J’ai acheté un produit venu des abeilles serbes, présenté comme un élixir, dois-je être condamné parce que les abeilles serbes n’enrichissent pas Sanofi ? Et que penser de la mise à la retraite d’Éric Raoult, de la censure médiatique imposée à des chercheurs, des médecins, des pharmaciens, comme les professeurs Montaigner ou Perronne, dont le seul tort est d’apporter des informations qui contredisent la propagande des laboratoires et la main basse sur la santé de l’industrie numérique ?

La liberté de prescrire est morte, mais pas seulement

Le débat n’est pas français. Devant la mise en place d’un oligopole mondial de la santé, l’Union européenne doit réagir. Elle en a les moyens, mais la volonté ? Cet automne, le Parlement européen va devoir se prononcer sur l’application de la directive « Reach » aux huiles essentielles. La directive « Reach » est l’une des réussites écologiques de l’Union. Elle soumet les produits chimiques, issus de l’industrie, à des critères rigoureux concernant la santé humaine, les impacts, environnementaux, le recyclage, etc. Elle demeure incomplète, en partie incontrôlée, elle a fait pousser les hauts cris à l’industrie chimique, notamment allemande, elle constitue une référence mondiale ; Reach est une avancée européenne à saluer. Mais voilà ! L’industrie a trouvé sa revanche ; pourquoi ne pas soumettre les produits naturels, ces herbes, ces fruits, ces fleurs, ces « huiles essentielles », aux contraintes qui sont imposées  au glyphosate ou au chlordécone ?

Et voilà le mouvement qui se dessine ; la soumission absolue de la médecine et de la pharmacie aux intérêts de l’industrie. La prise de pouvoir d’une industrie qui procède par data et par mécanique, au détriment de la relation personnelle et du sentiment humain — qui réduit le corps humain à une mécanique de pièces et de cellules. L’antériorité d’usage, par exemple de la chloroquine ou de l’ivermectine, interdites de prescription, d’accès et de mise en concurrence, les traditions établies par l’histoire et l’expérience, n’auront plus cours ; la raison de la data, des algorithmes et des nombres dispose d’elles.

La fin de la médecine libérale, de la pharmacie d’officine, indépendants et responsables, est prononcée. Le silence l’entoure. Que sont ces médecins, ces pharmaciens, qui prétendent soigner ? Ils sont là pour prescrire les produits de l’industrie. Dans une note de 2018, un analyste de Goldman Sachs a tout dit ; un remède qui guérit fait perdre des occasions de profit, l’idéal est un médicament qu’il faut prendre en permanence. Et voilà pourquoi il faudra un vaccin annuel contre le Covid (Israël semble ouvrir la voie à la vaccination semestrielle), et voilà pourquoi l’industrie pharmaceutique prend le contrôle de la médecine, et voilà pourquoi le numérique entend se substituer à ce fossile vivant qu’est le médecin de famille, le médecin libéral, celui qui agit en son âme et conscience — éclatent de rire ceux qui n’ont pour âme et conscience que leur intérêt individuel.

Révolution de la santé, en effet. Fin de la liberté de prescrire, de soigner et surtout de guérir ; le médecin comme le pharmacien sont au service du capital investi dans l’industrie de la santé. Fin de la liberté individuelle de choisir de se faire soigner ou non, examiner ou non, la surveillance permanente des outils numériques sera là pour contraindre, inquiéter, consulter — et malheur à qui ne disposera pas de son autorisation sanitaire.

Le changement du permis de conduire, qui perd sa forme « papier », assuré à vie, pour prendre une forme numérique soumise à validation périodique, pourrait bien obliger les conducteurs lors de chaque renouvellement (tous les cinq ans ?) à un contrôle de santé pour obtenir le renouvellement de leur permis de se déplacer, et instaurer au nom de la santé l’ordre biométrique auquel tout nous conduit.

La médecine libérale sera-t-elle la première victime collatérale de la pandémie ? Le seul complot qui ait jamais fonctionné est celui d’intérêts convergents, et puissants. Pour la fin de la médecine comme savoir guérir et de la santé comme liberté, des intérêts puissants sont en jeu, puisque la santé est la première industrie mondiale — et que je n’ai que cette vie. Un financier dirait ; en matière de santé, l’effet levier est infini. Cette situation pose une question. Si le vaccin était national, produit par une entreprise nationale, propriété de tous les Français, le débat qui entoure la vaccination aurait-il lieu ?

Et comment expliquer le silence abyssal des économistes sur ce sujet majeur pour nos sociétés, nos démocraties, et notre consentement aux politiques de santé publique ; la santé peut-elle être un service comme un autre, les médicaments des produits comme les autres, l’hôpital une entreprise comme une autre, au moment même où dans nos sociétés débarrassées du sacré, du religieux et de l’espoir politique, rien ne vaut plus qu’une vie, ce qui signifie que plus aucune des règles de la concurrence et du marché ne s’applique entre celui qui peut mourir et celui qui lui offre de vivre — que chacun est prêt à tout donner, à tout payer au nom du dernier impératif catégorique : « une minute encore, Monsieur le Bourreau » ?

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *