Les eaux calmes et les saisons tranquilles sont propices au « en même temps ». Tout se concilie, tout s’arrange, tout s’accorde, et qu’importe si le bateau se déroute, il arrivera à bon port ! Tout se complique si le vent forcit et la mer se creuse. Le luxe du « en même temps » n’est plus permis, les choix s’imposent, avec les renoncements qu’ils appellent et la dureté qui tranche.

L’Union européenne mesure-t-elle la dureté des temps qui s’annoncent ? Quelles que soient la poursuite et l’issue du conflit en Ukraine, et même si les efforts pour arriver à un cessez-le-feu, puis à un accord de paix devaient déboucher rapidement, le confort du « en même temps » ne lui est plus permis. Sur quatre points au moins, l’Union doit sortir rapidement de l’ambiguïté, corriger le cap et se remettre en ordre de marche.

Le financement de la défense

Le projet de mise sous contrôle de toutes les activités économiques, connu sous le nom de « taxonomie », subordonne les capacités d’accès au marché des capitaux et de la dette, comme à l’assurance, des entreprises selon leur activité. Il était entendu que les industries d’armement seraient exclues de la liste des entreprises « vertes » — de celle que l’investisseur finance avec bonne conscience. Mais voilà que l’invasion russe change tout.

L’Union envoie des armes défensives et léthales par centaines de millions d’euros à l’Ukraine, l’Union veut investir dans sa Défense, l’Union se convertit à l’urgence de réarmer. À l’évidence, la taxonomie ne doit pas et ne peut pas paralyser l’effort de défense de l’Union. Même la coalition au pouvoir en Allemagne en convient. La parade qui consiste à corriger temporairement, ou à exclure de la taxonomie, le secteur de l’armement n’est pas satisfaisant. C’est tout le dispositif qui doit être revu, cette taxonomie qui favorise les grands groupes au détriment des PME, cette taxonomie qui sera un enfer administratif, cette taxonomie qui heurte directement la liberté d’investir, et demain peut devenir un carcan sur les libertés individuelles. Car quid d’activités industrielles non directement liées à l’armement, mais qui conditionnent la Défense, comme l’énergie ?

Roberta Metsola, présidente du Parlement européen et le président ukrainien Volodymyr Zelensky. | VIA REUTERS

C’est toute la logique de la taxonomie qui est à revoir. Et il y a urgence. Les financements de marché en fonds propres comme en crédit bancaire doivent permettre le développement de l’autonomie européenne de Défense dans les pays qui ont conservé tout ou partie de leur industrie d’armement. Ceux qui investissent dans l’industrie de Défense de leur Nation doivent non seulement ne pas être pénalisés, mais durablement incités à allouer leurs capitaux à la sécurité collective, aussi bien qu’à la production d’énergie et à l’autonomie alimentaire.

La fourniture d’énergie abondante et sûre.

Le projet dit : « Fit for 55 » est basé sur un lien erroné entre la consommation totale d’énergie et le dégagement de GES. C’est faux. Accroître la production d’énergie nucléaire, par exemple, ne signifie pas augmentation du dégagement de GES. C’est surtout malthusien ; limiter la fourniture d’énergie, c’est limiter la réindustrialisation de l’Europe, au moment même où il n’est plus besoin de démontrer combien notre sécurité dépend du raccourcissement des chaînes d’approvisionnement et de la relocalisation massive d’activités sur le territoire européen.

Les stratèges chinois l’ont dit ; « un pays qui n’a pas d’industrie ne gagne pas les guerres ». J’ajouterais ; un pays qui ne met pas à disposition une énergie abondante, constante et bon marché n’a pas d’industrie. La sortie allemande du nucléaire n’est pas seulement une erreur, c’est une faute contre la sécurité des Nations européennes dont l’Allemagne doit payer le prix. Et voilà pourquoi la révision du projet « Fit for 55 » est urgente. Ici encore, il s’agit de la sécurité des Nations européennes, et de leur capacité à reconstruire les moyens de leur autonomie industrielle.

La maîtrise des chaînes logistiques et des ressources vitales.

Au moment même où le petit nombre de pays soumis aux États-Unis annonçait des sanctions « comme nous n’en avons jamais vu » à l’encontre de la Russie et de la Biélorussie, la commission du commerce international au Parlement européen (INTA) continuait comme si de rien n’était à vanter les mérites du libre-échange et à se vouer à la globalisation. Qui peut échapper à la violence de la contradiction ? L’aveuglement géopolitique est éclatant ; qui ne voit que la logique des sanctions est la plus opposée qui soit au libre-échange, et que l’Union européenne sacrifie le mode de vie des Européens et le pouvoir d’achat à l’urgence politique qui lui est dictée ?

Qui peut échapper au constat désolant que rend éclatant la séparation du monde qui se déroule sous nos yeux ; parce qu’il appelle l’uniformisation des règles, des lois et des mœurs, parce qu’il signifie en finir avec la liberté des peuples de se donner leurs lois et leurs règnes, et in fine parce qu’il sacrifie la liberté politique à de supposés avantages économiques dont la majorité ne verra rien, ou subira les dommages, le libre-échange, avec son corollaire qu’est la liberté de mouvement des capitaux, appelle la guerre, entraîne la guerre, commande la guerre — et, de fait, provoque la guerre planétaire dont l’Ukraine est le trompe l’œil.

Nord Stream opening ceremony on 8 November 2011 with Angela Merkel, Dmitry Medvedev, Mark Rutte and François Fillon

Les représentants d’une Union européenne qui n’a à la bouche que les mots de paix, de démocratie et de liberté semblent ne pas se rendre compte des paradoxes et des contradictions dans lesquels ils se prélassent, sans voir que le confort des mots se paie — et commence déjà à se payer.

Qui mesure à quel point le projet d’une taxe carbone aux frontières est une provocation à l’égard d’un monde en développement dont le moins disant environnemental est l’un des avantages compétitifs majeurs, et qui comprend combien les dispositions qui affaiblissent les Nations européennes, pénalisent les productions industrielles et protègent les rentes, contribuent à un désarmement qui est à la fois militaire, national et environnemental ?

Green Deal

Le Green Deal est l’enfant condamné de la fin de l’histoire, de la chute d’un Occident étendu au monde, et de la globalisation comme utopie du capitalisme totalitaire. La question n’est pas que la guerre prend le pas sur l’environnement, le climat et la santé humaine. La question est que les priorités de défense, de milieu de vie et de libertés de choix s’accordent pour appeler une révision drastique du Green Deal et des orientations imposées, faut-il le rappeler, sans consultations des électeurs et sans réel débat démocratique dans les Nations concernées.

Elles s’accordent pour faire de la relocalisation massive des activités industrielles sur le sol des Nations européennes une priorité absolue — ce qui signifie, entre autres, une énergie abondante et produite en Europe. Elles s’accordent pour exiger que l’Europe retrouve son autonomie alimentaire, retrouvent la maîtrise du vivant, végétal et animal, en même temps qu’elle retrouve la biodiversité qui a si longtemps constitué l’une de ses richesses et de ses assurances. L’Europe doit produire à la fois plus et mieux, elle doit permettre au plus grand nombre d’exprimer sa préférence pour les produits locaux, artisanaux et aussi recréer les conditions de l’autoproduction familiale.

Elles s’accordent pour faire de l’économie circulaire un facteur clé de notre autonomie, imposant la réparabilité des biens d’équipement, pénalisant l’obsolescence programmée, établissant les circuits de production à partir des déchets et rebuts — de la production d’énergie à la récupération des composants — et le système de collecte des objets en seconde ou troisième vie. et elles s’accordent à faire de la sécurité des modes de vie de nos concitoyens la priorité, opposée aussi bien à une écologie punitive devenue folle, qu’aux aberrations des chaînes logistiques étendues à la planète en raison d’un coût du transport artificiellement négligeable.

Protest against shale gas extraction in the United States, 2016

De la folie des renouvelables à l’impasse du véhicule électrique, l’Union doit tout reprendre, tout repenser, tout refaire. Les facilités du « en même temps » ne nous sont plus permises. Baisse du pouvoir d’achat, remise en cause de nos modes de vie, ruptures d’abondance pour plusieurs ressources vitales ; si l’Union européenne a quelque chance de retrouver une légitimité compromise, c’est bien en acceptant ses erreurs, en corrigeant les faiblesses et par-dessus tout, en reconnaissant les limites d’arbitrages et de choix qui échappent au suffrage des citoyens des Nations européennes, mais pas aux intérêts de ceux qui les prennent pour cibles. Une seule certitude doit nous guider ; rien de durable ne se fera contre la volonté des Nations, les identités nationales, et le désir des citoyens de bien vivre.

Hervé Juvin


0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.