Dans l’avion pour Washington DC. Avec plusieurs représentants de l’Union européenne, tous virulents promoteurs des accords de libre-échange aussi bien que du « Green Deal » — l’accord européen sur l’environnement, ces choses-là se disent mieux en anglais.

Se couper du monde

Beau temps sur la plupart du parcours, exceptionnelle vue de l’Irlande et de côtes que la tempête qui souffle à l’ouest ourle de blanc, panorama du Saint-Laurent entre Terre-Neuve et Labrador, puis de la côte de l’Ouest américain, Portland, etc. Aveu personnel ; j’aurai vieilli sans être rassasié de la beauté du monde. Mais je constate une fois de plus que tous et toutes ont dès le départ obscurci les hublots, pour se concentrer qui sur l’écran de bord qui diffuse films et infos, qui sur sa tablette ou son portable. Je me souviens avoir ressenti la même surprise quand l’avion vers Madagascar suivait le Nil, dans les plus beaux paysages d’Afrique, et que d’ignares représentants d’ONG de développement demandaient de fermer tous les hublots pour pouvoir s’anesthésier devant leurs tableurs.

Se séparer du monde. Tenir pour futile l’émerveillement devant un paysage, une vague, un champ de glace sur la mer. Préférer l’écran numérique au soleil, aux nuages, à la forêt. Bref, s’installer dans le monde de l’artifice que construisent les industriels de la data, du spectacle et du contenu de cerveau disponible, au point de devenir insensible à ce qui, depuis des millénaires, est au fond de l’expérience humaine, de la joie de vivre, et de la perception du sacré.

Crédit photo : courtoisie de Tourisme Terre-Neuve & Labrador/Barrett & MacKay

Rien de plus politique que cette expérience. Car elle donne le petit secret du dévoiement de l’écologie. Tout se passe comme si l’écologie devenait le moyen de punir ceux qui vivent près de la nature, ceux qui vivent avec, et de sanctionner ceux qui restent proches des phénomènes naturels, du gel précoce, des averses de grêle ou des orages d’été, ceux qui sont proches de la vie, de la mort, des saisons, des éléments, du risque et du hasard. Ceux qui savent qu’il faut tuer pour se nourrir, couper, arracher, récolter. Ceux qui savent qu’il n’est pas donné de survivre, et que rendre la nature bienveillante à l’homme est l’effet d’une extraordinaire culture, et d’un apprivoisement réciproque exigeant, rare, et fragile. Ceux qui savent enfin que le risque est partout, et qu’à la fin c’est la mort qui gagne. 

Accepter le risque pour aimer la nature

Nous voici sans doute au cœur du petit secret moderne ; ceux qui ne veulent plus mourir veulent en finir avec la nature. Une société qui n’admet plus le risque ne peut accepter la nature. Le compromis libéral, qui fait de la responsabilité la condition de la suppression du risque — qui n’est pas responsable est indemnisé, (voir Renaud Beauchard, « le droit contre l’environnement », à paraître à la Fondation ID) — s’épuise devant le risque naturel ; passe encore la gelée tardive ou l’averse de grêle, mais le dérèglement du climat, mais la stérilisation des terres, mais la dégénérescence humaine sont inassurables, et déjà le monde de l’assurance contemple avec effroi le monde du risque climatique qui est en train de naître, le monde d’avec la pandémie, d’avec la chute de la biodiversité, le monde d’avec les catastrophes technologiques qui est le nôtre — qu’est-ce que la pandémie de Covid 19, sinon la première grande catastrophe technique que nous connaissons.

Une catastrophe sur laquelle le docteur Fauci et ses complices, les Fondations américaines qui ont sans doute financé des recherches de « gain de fonction » (augmentation de la dangerosité d’un virus) sur des virus à Wuhan en profitant de la porosité chinoise à des expériences ailleurs interdites, ont beaucoup à dire (audition devant le sénateur Ron Paul, Washington le 1 er novembre 2021) ?

Tout se passe plus encore comme si l’écologie entreprenait à sa manière de réaliser la grande séparation, celle des hommes d’avec la nature — nature comme sexe, et homme et femme ne sont plus que représentations du genre, nature comme vie, et 90 % des décès ont lieu à l’hôpital cachés aux enfants comme au monde, nature comme hasard et risque, et des États sont poursuivis devant les tribunaux pour ne pas éliminer le risque climatique, et de l’extension du principe de précaution aux évolutions de la nature à la protection du capital investi, le droit poursuit la tentative totalitaire de faire sortir la vie de l’aléa et du choix.

Il suffit d’entendre à la COP26 les discours appelant à mobiliser les milliards de dollars de l’industrie financière, pour réaliser une transformation industrielle qui va permettre d’en finir avec l’attractivité de la Chine, comme les appels à un suivi individuel permanent sous couvert d’exigence sanitaire, pour en être convaincus ; c’est bien une prise de pouvoir qui se joue, et l’écologie devient une arme géopolitique — ou un prétexte.

Une écologie de l’exclusion

De l’interdiction de la chasse à l’expulsion des ruraux de leurs territoires, à commencer par le droit de circuler librement, de la spoliation des mêmes ruraux par la concentration des taxes et des impôts sur le monde réel — quel symbole que le choix de l’Impôt sur la fortune immobilière et de la suppression de tout impôt sur la fortune mobilière et financière ! — au commandement du nomadisme fait à tous ceux qui continuent à dire « chez nous » sur leur terre et parmi les leurs, le prétexte de l’écologie sert à tout, et d’abord à légitimer une nouvelle société d’exclusion.

La figure des Indiens parqués dans des réserves et privés de tout ce qui faisait leur vie, de la chasse à leur organisation sociale, est l’une des plus actuelles qui soit, des zones tribales en Inde à l’Afrique profonde et du Xinjiang en Chine à la forêt amazonienne. Sommes-nous les Indiens du XXIe siècle ? Et le paradoxe est remarquable. Alors que l’écologie enseigne les mérites de la stabilité, de la longue durée, de la protection des écosystèmes contre les éléments extérieurs qui préserve leur diversité, l’écologisme au service de la globalisation veut que tout change, veut que tous changent, et entend que rien ne demeure de ce qui a fait la vie bonne.

Most Indian reservations, like the Laguna Indian reservation in New Mexico (pictured here in March 1943), are in the western United States, often in regions suitable more for ranching than farming.

L’écologie contre les traditions, l’écologie contre l’unité des populations, l’écologie contre les frontières qui sauvent, l’écologie contre ces cultures rurales qui résultent de l’adaptation réciproque et séculaire des hommes à leur milieu, et de leur milieu aux hommes, voilà une saisissante inversion des valeurs et du sens ! Quel symbole que ces entreprises qui anticipent déjà les fabuleux marchés que l’artificialisation générale des conditions de vie, de la viande produite en laboratoire à la climatisation généralisée et permanente, et de la production des enfants en utérus artificiel à la substitution du monde numérique à l’univers physique et sensible, et ont déjà tout compris.

La suppression de tous les services gratuits de la nature, à commencer par la splendeur des paysages et la disposition de l’eau, de l’air et de l’espace, pour poursuivre par la reproduction végétale, animale et humaine, fait entrer le simple fait de respirer, de boire et de se déplacer dans un univers d’accès et de services payants — et déjà, à travers les taxes sur les carburants, les ruraux paient l’air pollué des villes, à travers le prix de l’adduction d’eau et de dépôt des déchets agricoles et ruraux, ils paient l’espace stérilisé par l’industrie, le commerce et les infrastructures, comme à travers l’obligation d’isoler leurs maisons, ils paient le prix du mitage urbain des espaces ruraux. Celui qui rentre dans la ville de Bruxelles avec un diesel s’expose déjà à une amende de 350 euros, qui lui permettra en effet de circuler pendant trois mois — mais à quel prix ! 

Chacun voit le caractère discriminatoire de telles mesures. Le Green Deal, la fuite en avant écologique, sont des disciplines à forte exclusion. Exclusion des ruraux, qui ont le tort de chasser, de fumer, de boire des bières et d’aimer manger de la viande ! Exclusion des petits Français, ceux qui prennent la voiture pour partir en week-end, ceux qui ne supportent pas la promiscuité des métropoles et aiment leur maison au milieu d’un jardin avec un garage, ceux qui font leurs courses au supermarché, mais aiment venir en ville le temps d’un dîner ou d’une sortie entre amis.

La végétalisation des métropoles

Exclusion tout autant des pays « moins développés », qui comme par hasard sont souvent des pays à régime autoritaire, des pays qui croient à leur souveraineté et à leur personnalité, ce qui légitime de les exclure des contrats et des bénéfices du commerce international au nom de l’écologie mêlée de Droits de l’Homme !

Et voilà la plus grande menace. Non seulement l’écologie devient haïssable, mais elle devient le prétexte par lequel les pays riches cherchent à sanctionner les pays pauvres. L’absence de cinq des plus grands dirigeants mondiaux au G20, l’inactualité désolante de la COP26 à Glasgow, ont bien montré l’impasse dans laquelle l’écologie politique au service de la globalisation enferme ses dévots. Ici encore, pour séparer radicalement l’écologie du business et du pouvoir, la prise de conscience est urgente, et l’appel à une nouvelle laïcité le plus actuel qui soit !

Hervé Juvin

7 novembre 2021      

Catégories : Non classé

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *